L’accouchement, entre désir et réalité

COUCOU MES JOLIES,

L'accouchement, entre désir et réalité

Après m’être confiée sur mon ressenti sur la grossesse dans l’article « je n’aime pas être enceinte », je m’attaque aujourd’hui à un autre sujet tabou: l’accouchement.

« Un accouchement, on ne sait pas ce que c’est tant qu’on ne l’a pas vécu! »

Avez-vous remarqué si vous êtes enceinte pour la première fois, qu’il est difficile de parler de cette étape finale de votre grossesse avec votre entourage. C’est tellement plus simple de parler du futur bébé et de sa layette.

Et pourtant, certaines sont déjà passée par là (nos mères, nos sœurs, nos grand-mères ou encore nos amies). Lorsque vous leur demandez des conseils ou leur propre expérience, elles ne s’étaleront pas ou très peu sur le sujet tant que votre tour n’est pas passée.
Ça me rappelle, le mémorable sketch sur la grossesse de Florence Floresti, où elle nous parle du fameux « secret maternel » et de cette clause de confidentialité signée par les jeunes mères pour ne pas effrayer les générations futures.

Après l’accouchement, vous remarquerez que les langues se délient plus facilement comme si vous aviez vécu votre propre rite de passage et vous êtes passé de l’autre coté de la barrière. Vous avez officiellement basculé du coté obscure de la Force!

J’aurais aimé personnellement plus de communication sans censure pour me préparer un peu plus à cette étape de la vie d’une mère.

L'accouchement entre désir et réalité

« Tant que vous ne tiendriez votre bébé dans vos bras, vous ne savez pas à quoi vous attendre » C’est fixé!

Et ceux malgré toute les préparations possibles que vous aurez fait avec votre sage-femme. Je ne suis pas en train de cracher dans la soupe et je pense que la préparation peut être nécessaire pour une future mère pour se préparer psychologiquement et physiquement à l’arrivée de l’enfant.

Souvent, lorsque je parle de ce sujet avec d’autres mamans, nous sommes beaucoup à avoir fait un schéma carré de ce que nous souhaitions ou non pour la mise au monde de notre enfant. C’est une bonne chose en soi, et j’avoue avoir fait la même chose avant mon premier accouchement.

Certaines voudront découvrir leur résistance face à la douleur avec courage, chapeau bas pour ce choix respectable et d’autres envisageront  l’accouchement autrement…ce qui était mon cas.

« Je savais ce que je voulais et je ne souhaitais pas souffrir. »

Etant infirmière de métier, ma phrase de prédilection pendant ma première grossesse était: » Je vois assez de personnes souffrir au quotidien, je refuse d’accoucher dans la douleur si je peux faire autrement »

Bénit soit, la création de la Sainte péridurale, il faut bien qu’elle serve à quelque chose. Son objectif est de rendre l’accouchement plus magique aux mamans. Ainsi, oui! beaucoup d’entre vous auront droit à cette accouchement rêvé… et d’autre non. C’est là que je vous parle de mon expérience.

L'Accouchement, entre désir et réalité

« Accouchement par voie basse, avec ou sans péridurale, Césarienne, accouchement inopiné ou encore l’accouchement déclenché, il n’y pas qu’une seule manière d’enfanter mais bien plusieurs. »

Je vous disais un peu plus haut de vous préparer psychologiquement à ne rien maîtriser. Pour ma première grossesse, j’ai été déclenché alors que je ne m’y attendais pasIl n’y avait plus assez de liquide amniotique, et ma petite ne prenait plus de poids dans mon ventre.

Après le choc de l’annonce de mon accouchement imminent, je me suis remontée le moral en me disant que je serais mieux prise en charge et que j’aurais donc le temps de voir les choses arrivées. Quelle grosse erreur, encore de ma part….

3 gels de prostaglandine et 32 heures plus tard , toujours rien mon col restait fermé comme une huître! et je souffrais avec des contractions de plus en plus forte et inutile. J’ai demandé clairement qu’on ne me laisse pas souffrir comme ça, je n’en pouvais plus. Impossible pour moi d’avoir la péridurale, mon col n’étant pas favorable, j’ai eu un antalgique morphinique qui m’a fait un bien fou sur le coup, limite si je ne voyais pas un éléphant rose devant moi.

Bref, j’avais enfin ma pause tant méritée. On me reconduit en chambre et 20 minutes plus tard dans ma divagation, je dis à mon homme: » Je crois que j’ai perdu les eaux et ça pousse vers le bas », mon pauvre mari croyait simplement que je délirais. Je me souviendrais toujours de la sage-femme qui m’a ausculté cette nuit là, j’ai vu sa tête littéralement se décomposer lorsqu’elle s’est rendue compte que la tête de mon bébé était déjà là.

Certes, j’ai évité de peu la césarienne, Ouf! Mais, je ne suis pas passée loin d’un accouchement inopiné en chambre et au final, j’ai pu dire adieu à Mme Péridurale.

Bref, quand je vous dis qu’ on ne maîtrise rien…

Cependant, « On oublie »!

Oui , pour la plupart vous finirez par oublier… Heureusement, notre mémoire nous joue de bons tours des fois. C’est un peu le miracle de la vie finalement. La douleur est rapidement oubliée par la naissance de votre bébé. C’est un peu comme si vous aviez gagné un gros lot sauf que là ce n’est pas autrement qu’à la sueur de votre front que vous l’aurez eu, pas de place au hasard.

Nous sommes des supers mamans et peu importe l’accouchement que vous avez vécu et que vous allez vivre. L’accouchement reste un moment de la vie. Un miracle où la douleur côtoie de prés le bonheur.

L'accouchement, entre désir et réalité

« Je n’ai pas eu l’accouchement que je rêvais, mais de suite j’ai oublié tous mes maux lorsque j’ai découvert le visage de mon enfant. »

feedantel

Rendez-vous sur Hellocoton !

© Tout droits réservés aux auteurs des photos

Publicités

4 réflexions sur “L’accouchement, entre désir et réalité

  1. Mam's chat dit :

    Coucou ,une fois de plus. J adore ton article ,j avoue que Quand je posais des questions sur le sujet En réponse,j avais tu verras c est Magique ,euh je ne crois pas qu on est vécu la même chose ,c était atroce pour moi Ça s est terminé en césarienne ,super article ,bisous

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s